Version IOS New York Times censurée en Chine

L’application IOS du New York Times censurée en Chine

Bonjour les lecteurs,
les relations entre le quotidien US et la Chine sont loin d’être au beau fixe et ce n’est pas la censure de l’appli IOS du New York Times décidée par la Chine qui va arranger les choses.

La chine demande le retrait du New York Times de l’app store chinois

Depuis deux semaines, les chinois voulant consulter le New York Times sur leur iPhone ne sont plus en capacité de le faire. L’application a même été retiré de l’app store chinois. Cette censure de l’application est justifiée par la Chine pour une soit-disant « violation de la réglementation locale ».

Ce n’est pas la première attaque de la Chine envers le New York Times. Le site web du quotidien américain est en effet inaccessible depuis quelques temps sur l’internet chinois. Apple a justifié la suppression de l’application et la censure de celle-ci pour les possesseurs chinois en déclarant :

Depuis quelque temps déjà, l’application du New York Times ne permettait plus d’afficher aucun contenu pour la plupart de nos usagers en Chine, et nous avons été informés qu’elle violait la réglementation locale. En conséquence, l’application a dû être retirée de l’App store chinois.

Le New York Times cible de la Chine

Depuis 2012, et la publication d’une sombre enquête sur la fortune de la famille de Wen Jiabao, le journal américain est dans le collimateur de la Chine. Les autorités du pays n’ont pas appréciées les propos colportés par le quotidien sur la famille du premier ministre de l’époque. Depuis cette date le site est banni de l’internet chinois.

Malgré toutes les preuves pointant vers elles, les autorités du géant asiatique nient être à l’origine de la demande de suppression de l’application. Un porte parole du ministère des affaires étrangères a d’ailleurs souhaité rappeler que

le gouvernement chinois encourage et soutient toujours le développement d’Internet en Chine. […] Mais [celui-ci] doit se conformer aux règles et règlements chinois. C’est un principe

Une bien jolie déclaration pourtant bien vide de sens. La Chine n’étant pas connue pour être une nation aimant la liberté d’expression.

L’accès à l’information et l’expression libre vont encore devoir attendre longtemps avant d’entrer dans certaines mœurs.

Sur ce je vous dis à lundi les lecteurs,

Tremerius

Laisser un commentaire