drone de surveillance utilisé par la police et l'armée américaine

Un pirate montre à la police la possibilité de hacker leur drone

Bonsoir les lecteurs,
Un pirate américain s’est « amusé » à hacker un drone de la police pour montrer les failles du système de ces petits engins qui prennent de plus en plus de place dans notre société.

Les drones prennent de plus en plus de place dans notre quotidien

Les drones, ces petits engins volants se démocratisent de plus en plus et ce n’est pas toujours une bonne chose, on se rappellera par exemple des drones qui espionnaient nos centrales nucléaires il y a deux ans.

Malgré tout ces petits engins restent très utiles et peuvent servir à aider les nations entre de bonnes mains. La police et l’armée américaine n’hésitent d’ailleurs pas une seconde à recourir aux drones pour mener à bien différentes missions. Les drones qu’utilisent la police et l’armée américaine sont d’ailleurs les meilleurs sur le marché puisque un seule de leurs petits bijoux coûte la bagatelle de 35000 dollars (n’espérez donc pas les trouver en grande surface ou au Noz :P).

Une démonstration de prise de contrôle d’un drone de la police à la conférence de sécurité de la RSA

Neils Rodday le hacker à l'origine de la découverte de la faille

Neils Rodday pirate à l’origine de la découverte de la faille permettant de prendre le contrôle du drone.

Pourtant, un pirate chercheur en sécurité vient de montrer une énorme faille dans le système de ces engins si sophistiqués, cette faille permet à celui qui en use de prendre le contrôle de ces drones à 35000 dollars sans que le contrôleur initial puisse faire quoi que ce soit. Cette faille est présente sur plusieurs modèles de super drone (dur de perdre un jouet si cher à cause d’un problème de sécurité quand même ^^).

C’est lors de la RSA Security Conference , que le hacker du nom de Neils Rodday chercheur en sécurité pour la
compagnie bien connue IBM, a fait la démonstration de prise de contrôle d’un drone de la police. Le pirate seulement
« armé » d’un ordinateur portable et d’une puce radio  connectée en USB a pu prendre le contrôle de l’engin et bloquer toutes possibilités au contrôleur d’origine de reprendre la main dessus.

Le problème que Neils Rodday a bien entendu signalé aux créateurs des drones viendrait tout simplement d’un manque de chiffrement des données entre la machine volante et son module de commande. Ce « petit » (j’ai le sens de la formule je sais :P) problème devrait être réglé lors de la sortie des nouveaux modèles de drones.

Gendarmerie nationale française même problème en vue ?

On le sait depuis peu mais la gendarmerie de notre beau pays va également avoir ses propres drones sous peu. Une bonne chose sans doute mais il faudra vérifier que ces minidrones ne sont pas susceptibles d’être sujet à la même faille de sécurité que les drones de la police et de l’armée américaine.

Les drones sont donc des « armes » (pas au sens propre du terme enfin pas toujours on s’est compris :P) à double tranchant. Il faut adopter une vigilance constante lorsqu’on prend la décision d’user de ces engins.

Comme d’habitude je vous dis à demain les lecteurs (hier j’étais malade roooo) et bonne nuit en passant.

Tremerius

Laisser un commentaire